L’impact de l’évolution du parc de véhicules sur les véhicules en service et les kilomètres parcourus

Todd Campau, MAAP, ACP, S&P Global Mobility

Il est indéniable que le domaine canadien de l’entretien et de la réparation automobile connaît des évolutions significatives en raison de différents éléments, tels que les nouvelles technologies, les tendances de la production mondiale et les fluctuations économiques, ainsi que l’adaptation à une société après la pandémie. 

À l’édition 2024 de la Conférence nationale de l’AIA Canada, Todd Campau, MAAP, ACP, responsable des produits après-vente, de S&P Global Mobility, a parlé des répercussions sur l’évolution du parc de véhicules et des kilomètres parcourus et de ce que cela signifie pour les entreprises de l’entretien et de la réparation automobile au Canada. 

Aperçu de l’économie canadienne 

L’évolution du parc de véhicules aujourd’hui repose principalement sur des éléments économiques. La situation économique au Canada témoigne d’un mélange de difficultés et de perspectives pour le secteur de l’entretien et de la réparation automobile. Bien que les prévisions montrent que le produit intérieur brut (PIB) augmentera moins vite que les taux potentiels, il existe une lueur d’espoir alors que nous sommes confrontés aux pressions inflationnistes.  

« La pression accrue sur la croissance des salaires est causée par le resserrement du marché du travail et l’agitation ouvrière au Canada. Selon M. Campau, les conditions du marché du travail s’atténuent, ce qui entraîne une augmentation plus rapide que prévu du taux de chômage », explique M. Campau. 

Dans l’ensemble, le taux directeur de la banque centrale demeure constant, avec des modifications prévues dans la seconde moitié de 2024, en accord avec un taux neutre à long terme révisé, mettant en évidence l’importance d’une flexibilité face aux changements des tendances économiques. 

Ventes et production de véhicules : un mélange de facteurs complexes 

Malgré les difficultés rencontrées, il existe également une sensation de reprise pour les ventes d’automobiles au Canada – les ventes d’automobiles au quatrième trimestre de 2023 ont atteint leurs niveaux les plus élevés depuis 2020. En outre, les ventes de véhicules électriques à batterie (VEB) ont connu une augmentation significative, témoignant d’une préférence grandissante des consommateurs et d’une prise de conscience environnementale.  

« Dans l’ensemble, de nombreux conflits contribuent à ces ventes de véhicules légers, cependant le parc automobile canadien est solide. Depuis 2020, le nombre de voitures privées et  de camions légers est stable à 26,7 millions d’unités. Toutefois, on observe de nombreux départs et ventes vers les camions légers et les VEB. » 

Cependant, malgré les aspects positifs, il existe également quelques aspects négatifs. Quant aux ventes de véhicules au Canada, la faible croissance est due au nombre restreint de véhicules neufs. 

Néanmoins, ces difficultés ne sont pas spécifiques au Canada – cela est observé dans de nombreux marchés internationaux. Au niveau international, l’industrie de l’entretien et de la réparation automobile connaît des évolutions remarquables. La Chine enregistre un développement important de ses activités, principalement grâce à des baisses d’impôts et à l’amélioration des chaînes d’approvisionnement. Cependant, dans certaines régions, une récession et des défis potentiels sont toujours préoccupants. Par exemple, l’évolution de l’Europe met en évidence un équilibre délicat entre l’épuisement des dettes et les nouvelles tendances en matière de véhicules électriques (VÉ), mettant ainsi en évidence l’interaction complexe des éléments de l’industrie. 

La résilience de la chaîne d’approvisionnement automobile du Canada est surveillée en raison des perturbations mondiales. Les vulnérabilités de la chaîne d’approvisionnement, qu’il s’agisse de pénuries de puces ou de goulots d’étranglement des matières premières, ont révélé l’importance de stratégies d’approvisionnement variées et de meilleures pratiques de gestion des risques.  

« Nous avons surmonté de nombreux défis liés à la chaîne d’approvisionnement, et nous commençons à nous ajuster au rythme normal de l’économie, et donc au parc de véhicules. », explique Campau.  

« Malgré l’incertitude persistante, je suis convaincu qu’il y aura des difficultés pour les ventes de nouveaux véhicules. Jusqu’à la pandémie, il y avait une vente annuelle de près de 100 millions de véhicules neufs à travers le monde. Nous pouvons probablement espérer atteindre les 100 millions après 2030.  Nous commençons peu à peu à voir la reprise. » 

Un changement dans les véhicules en service 

Dans l’ensemble, les véhicules canadiens en service restent stables. Les problèmes persistants de la chaîne d’approvisionnement et la faiblesse du dollar canadien entraînent une légère volatilité, mais les véhicules en service et les ventes de nouveaux véhicules se rapprochent de la normale. La vente de véhicules en 2022 a connu une baisse significative, atteignant 1,52 million depuis 2009, mais heureusement, elle se dirige désormais vers des taux normaux. 

Cependant, ce qui évolue, c’est que les véhicules sont exportés à un rythme plus rapide que jamais. Pendant la pandémie, l’âge moyen des véhicules exportés était de neuf ans, mais ce chiffre a été modifié et est désormais d’environ six à sept ans. Au fur et à mesure que les véhicules récents sont exportés, les opportunités pour le secteur de l’entretien et de la réparation automobile diminuent – les véhicules de plus de six ans où à leur apogée pour les réparations sont plus aptes à être réparés et entretenus. Ainsi, les ateliers d’entretien et de réparation pourraient être confrontés à une diminution de l’arrivée de véhicules plus anciens, ce qui pourrait avoir un impact sur leur activité à long terme. 

L’avenir des véhicules électriques au Canada 

Les véhicules électriques sont en plein essor au Canada, que ce soit en raison des préférences des consommateurs ou des initiatives gouvernementales. En raison de l’augmentation des ventes de BEV et des immatriculations de camions légers (y compris les VUS), les véhicules électriques se positionnent comme une option privilégiée avec des perspectives de croissance prometteuses.  

« L’an dernier (2023), les ventes de VÉ ont atteint 143 000, les camions légers ayant vraiment stimulé les ventes », affirme M. Campau. Dans l’ensemble, la croissance est bonne. Du point de vue de l’entretien et de la réparation automobile, vous ne verrez probablement pas encore beaucoup de véhicules électriques dans vos ateliers de réparation, car les ventes n’ont augmenté que récemment. Cependant, vous commencerez à en voir davantage dans un proche avenir à mesure qu’ils vieilliront et nécessiteront des réparations et de l’entretien. » 

Il est primordial d’avoir une compréhension de l’évolution des préférences des consommateurs afin de favoriser l’innovation des produits et les stratégies de marché dans le parc de véhicules en constante évolution d’aujourd’hui. La hausse des ventes de VEB reflète une évolution significative vers les solutions de mobilité durable. Cependant, l’hésitation des consommateurs et les préoccupations liées aux coûts sont des entraves à une adoption généralisée. 

Principaux points à retenir 

Selon Campau, le parc automobile au Canada est en bonne santé et en plein essor, même si les ventes de véhicules neufs sont faibles. Les consommateurs ont prouvé leur désir de voitures et leur volonté de les conduire. Dans l’ensemble, les kilomètres-véhicules parcourus ont retrouvé une tendance plus normale. Alors que la pandémie a modifié la conduite des véhicules, les kilomètres sont toujours accumulés et supérieurs à ce qui était prévu. 

Dans le domaine de l’automobile en perpétuelle évolution, la capacité d’adaptation est essentielle. Même si les défis sont nombreux, les possibilités sont également nombreuses. Les ventes de voitures neuves sont en plein essor alors que les véhicules électriques se tournent vers la durabilité. Au fur et à mesure de l’évolution de la technologie, les opportunités de l’industrie se multiplient, ce qui démontre des perspectives prometteuses de développement et d’innovation. 

Ce blogue a été créé à partir de la session The impact of the evolving vehicle fleet on vehicles in operation and vehicle kilometres travelled (L’impact de l’évolution du parc de véhicules sur les véhicules en service et les kilomètres parcourus) par Todd Campau, MAAP, ACP, responsable des produits du marché secondaire de S&P Global Mobility, à l’édition 2024 de la Conférence nationale de l’AIA Canada. Pour plus d’informations sur les indicateurs des véhicules, vous pouvez vous inscrire à l’infolettre de S&P Global Mobility.  

Twitter
LinkedIn
Facebook

Park N Fly Programme Association AIA Canada

Mode de fonctionnement du programme

  • Le membre commence par sélectionner sa ville de départ dans le menu déroulant
    • Choisir le service de voiturier ou le libre-service s’il y a lieu
    • Entrer son vol de départ et la date de retour
    • Cliquer sur « trouver votre tarif »
    • Les tarifs sont automatiquement téléchargés
    • Imprimer un exemplaire du coupon
  • À la sortie du stationnement
    • Scanner le coupon imprimé Park’N Fly à la borne de paiement du stationnement libre-service
  • Si le membre utilise un service de voiturier
    • Remettre un exemplaire du coupon imprimé à l’agent à la borne de sortie ou lui donner le code de rabais 1120313. Une fois que l’agent a entré le code, le tarif est automatiquement ajouté au programme de tarifs préférentiels de l’AIA Canada.
  • Code de rabais 1120313
    • À la borne de sortie, le membre n’a qu’à scanner son coupon préimprimé par l’entremise du voiturier ou à la borne de paiement du stationnement libre-service.
    • À la sortie du stationnement
    • Scanner le coupon Park’N Fly
    • En cas de problèmes
      • Entrer manuellement le code 1120313 à la borne de paiement et le tarif est automatiquement appliqué.
    • Choisir un mode de paiement
      • Carte de crédit
      • Carte de débit