Découvrez le nouveau mandat du Canada pour les véhicules électriques et ce que cela signifie pour le secteur de l’entretien et de la réparation automobile 

Le gouvernement du Canada a annoncé sa nouvelle norme sur la disponibilité des véhicules électriques, qui rend obligatoire la totalité des ventes de véhicules électriques zéro émission (VZE) d’ici 2035. 

La norme sur la disponibilité des véhicules électriques sera élaborée progressivement, le premier objectif étant de vendre 20 pour cent de VZE d’ici 2026, et suivi de 60 pour cent en 2030 et, enfin, d’atteindre l’objectif de 100 pour cent en 2035. 

Selon le gouvernement du Canada, le passage à 100 pour cent de ventes de VZE est l’approche la plus abordable, surtout avec l’émergence rapide de nouvelles technologies. 

Toutefois, en l’absence d’une loi fédérale exhaustive sur le droit à la réparation, ce mandat pourrait avoir des répercussions néfastes sur le secteur de l’entretien et de la réparation automobile, aussi appelé marché secondaire de l’automobile. Les VZE nécessite un accès à l’ensemble des données pour que les réparations soient effectuées de façon sécuritaire et adéquate. Pour l’instant, ces données sont sous le contrôle des constructeurs automobiles, qui limite qui y a accès et dans quelles conditions. Si les ateliers indépendants d’entretien et de réparation automobile ne peuvent pas accéder aux données nécessaires sur le véhicule, ils ne peuvent pas entretenir et réparer correctement le véhicule. 

La vice-présidente des relations gouvernementales et de la recherche à l’AIA Canada, Alana Baker, a parlé à BNN Bloomberg de ce mandat et des répercussions qu’il pourrait avoir sur le secteur canadien de l’entretien et de la réparation automobile. 

Visionnez l’entrevue maintenant :

Cette vidéo est disponible uniquement en anglais.  

Déclaration de l’AIA Canada sur la nouvelle norme sur la disponibilité des véhicules électriques 

L’annonce d’aujourd’hui concernant la transition vers des ventes de véhicules 100 pour cent électriques d’ici 2035 n’est pas complète sans la préparation et le soutien du secteur de l’entretien et de la réparation automobile pour l’entretien, la réparation et la maintenance des véhicules d’aujourd’hui et de demain. Le secteur canadien de l’entretien et de la réparation automobile, y compris les ateliers indépendants de réparation et d’entretien, joue un rôle essentiel dans le maintien des véhicules sur nos routes. 

L’adoption des VÉ au Canada dépend du soutien d’un écosystème où ces véhicules peuvent être facilement réparés et entretenus. Il s’agit notamment d’assurer un accès accru aux données du véhicule aux fins d’entretien et de réparation. 

À l’heure actuelle, de nombreux constructeurs automobiles détiennent le contrôle des informations de réparation et d’entretien sur ces véhicules, ce qui peut limiter l’endroit où les consommateurs et les consommatrices apportent leur véhicule pour la réparation. Cela élimine la concurrence sur le marché et fera augmenter les coûts pour les conducteurs et les conductrices qui cherchent à entretenir leur véhicule à un prix compétitif, près de chez eux. 

Les constructeurs automobiles eux-mêmes avertissent déjà qu’un mandat d’achat de véhicules électriques posera un problème d’abordabilité pour la population canadienne. Si le droit à la réparation n’est pas traité, les propriétaires de véhicules n’auront qu’une seule option : entretenir leur véhicule chez le concessionnaire et faire face à des coûts plus élevés. 

Le secteur de l’entretien et de la réparation automobile ne peut être abordé après coup. Les objectifs ambitieux de transition vers la vente de véhicules électriques doivent être accompagnés d’une législation complète sur le droit à la réparation qui garantira que les ateliers de réparation tiers auront accès en temps opportun aux données essentielles sur les véhicules. 

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les répercussions du mandat de la nouvelle norme sur la disponibilité des véhicules électriques, veuillez communiquer avec Alana Baker, vice-présidente, Relations gouvernementales et recherche, à alana.baker@aiacanada.com

Pour en savoir plus sur le droit à la réparation, participer à nos efforts de sensibilisation et obtenir des ressources, consultez le site righttorepair.ca/fr. 

Twitter
LinkedIn
Facebook

Park N Fly Programme Association AIA Canada

Mode de fonctionnement du programme

  • Le membre commence par sélectionner sa ville de départ dans le menu déroulant
    • Choisir le service de voiturier ou le libre-service s’il y a lieu
    • Entrer son vol de départ et la date de retour
    • Cliquer sur « trouver votre tarif »
    • Les tarifs sont automatiquement téléchargés
    • Imprimer un exemplaire du coupon
  • À la sortie du stationnement
    • Scanner le coupon imprimé Park’N Fly à la borne de paiement du stationnement libre-service
  • Si le membre utilise un service de voiturier
    • Remettre un exemplaire du coupon imprimé à l’agent à la borne de sortie ou lui donner le code de rabais 1120313. Une fois que l’agent a entré le code, le tarif est automatiquement ajouté au programme de tarifs préférentiels de l’AIA Canada.
  • Code de rabais 1120313
    • À la borne de sortie, le membre n’a qu’à scanner son coupon préimprimé par l’entremise du voiturier ou à la borne de paiement du stationnement libre-service.
    • À la sortie du stationnement
    • Scanner le coupon Park’N Fly
    • En cas de problèmes
      • Entrer manuellement le code 1120313 à la borne de paiement et le tarif est automatiquement appliqué.
    • Choisir un mode de paiement
      • Carte de crédit
      • Carte de débit